«La méritocratie est plus une croyance qu’une réalité»

interview• Chercheuse à l’Université de Lausanne, Julie Falcon constate que l’origine sociale demeure déterminante dans la trajectoire professionnelle des individus. Malgré la démocratisation de l’accès à l’éducation postobligatoire, la mobilité sociale est ainsi restée stable tout au long du 20ème siècle.

Docteure en sociologie et enseignante à l'Université de Lausanne, Julie Falcon effectue depuis plusieurs années des recherches sur la question de la mobilité sociale en lien avec le système de formation suisse. (©Thierry Rossier)
Selon vos recherches, les perspectives d’ascension sociale en Suisse n’auraient pas augmenté depuis le début du 20ème siècle, malgré la démocratisation de l’accès à l’éducation postobligatoire. Pouvez-vous expliquer sur quoi se base ce constat? Julie Falcon La mobilité sociale est en effet restée très stable. Environ 40% des personnes montent l’échelle sociale – ce qui...
Pour accéder à ce contenu, vous pouvez vous abonner ou payer 3 CHF pour accéder à l'ensemble du site pour une journée !
Si vous avez déjà un abonnement qui inclut l'accès en ligne, merci de vous connecter !
Share on Google+Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page