Une active popiste à la tête du législatif chaux-de-fonnier

Neuchâtel• Maria Belo a accédé à la présidence du législatif de la ville horlogère. Arrivée en Suisse comme fille de saisonnier, elle s’est intensément investie notamment pour la communauté portugaise et au sein du POP.

Humaniste à l’activité débordante, Maria belo dirigera pour un an le parlement chaux-de-fonnier.

Maria Belo accède à la présidence du Conseil général (législatif) de la ville de La Chaux-de-Fonds. Dans son discours, cette Portugaise d’origine et suissesse d’adoption a tenu à mettre en évidence ses expériences personnelles pour transmettre une volonté d’ouverture et de construction d’un monde plus humain. Elle est arrivée en Suisse en 1972 à l’âge de 16 ans, sans passeport, avec sa maman, son frère et sa petite sœur pour rejoindre leur père, saisonnier. Maria Belo quittait un pays de dictature pour découvrir un pays démocratique.

Les difficultés dues à une nouvelle langue étaient peu de chose à côté de l’interdiction fréquenter l’école. Le choc fut plus grand encore lorsque sa maman, son frère et sa sœur repartirent au Portugal en subissant les effets du permis de saisonnier, qui ne permettait pas au papa de garder sa famille près de lui. La jeune portugaise compris alors que nous n’étions pas tous égaux face à la loi des hommes et qu’il fallait lutter contre ces inégalités.

Une farouche défenseuse de l’hôpital
La nouvelle présidente a vécu la plus grande partie de son existence à La Chaux-de-Fonds. Elle a commencé à travailler à l’hôpital de la ville et a donné naissance à son deuxième enfant dans ce même établissement. Pas étonnant qu’elle figure aujourd’hui encore parmi les farouches défenseurs de cet hôpital. Elle rappelle que c’est dans cette ville de culture qu’elle a écouté un concert à la salle de musique et fréquenté la bibliothèque. La présidente a vécu avec satisfaction dans cette ville où pour la première fois, les enfants de saisonniers, dénommés «les enfants du placard», ont pu fréquenter l’école. Infatigable, Maria Belo a participé à la création de l’Association des Travailleurs portugais, à la création de l’école portugaise, de la commission des parents d’élèves, du groupe folklorique Rosas du Portugal, du groupe de théâtre et de l’équipe de football, qui répondaient aux besoins culturels de la communauté portugaise.

Dans son discours, la popiste a également salué les autorités cantonales neuchâteloises pour leurs efforts envers l’immigration, qui était considérée comme une richesse grâce à son apport culturel et humain. Membre de la commission pour l’intégration des étrangers, elle a reçu le prix «Salut l’étranger» en 1999. Elle se réjouit particulièrement de l’acceptation par le peuple neuchâtelois en 2006 de la loi permettant l’éligibilité des étrangers. Mais il manquait quelque chose à Maria Belo, un investissement plus intense en faveur des habitants de sa ville. Elle a ainsi accepté de se mettre en liste pour le législatif en 2008, sur les listes du POP, parti politique le plus proche de ses idéaux. C’est en 2009 qu’elle a accédé au parlement local en remplacement d’Eva Fernandez, elle aussi fille d’immigré.

Cette humaniste à l’activité débordante dirigera pour un an le parlement chaux-de-fonnier. Une présidente qui saura faire partager son sens du bien commun au-delà des nationalités et des conflits d’intérêts. C’est debout, tous partis confondus, que les Conseillers généraux ont applaudi leur nouvelle présidente.

Share on Google+Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page