«Le capitalisme n’est pas le destin dernier de l’humanité»

Interview• Le philosophe Alain Badiou, mondialement connu pour sa défense d’une «hypothèse communiste», était de passage à Genève pour évoquer l’influence de la Révolution culturelle chinoise sur la gauche et la question des sans-papiers.

«Ce que Marx appelait le prolétariat est aujourd’hui mondial. Je l’appelle le prolétariat nomade. Des masses de gens circulent dans le monde, cherchant soit à fuir des guerres civiles meurtrières, soit à chercher du travail parce qu’ils n’arrivent pas à survivre là où ils sont», affirme Alain Badiou (ici lors de son séminaire à l'Ecole normale supérieure). (Photo: Jean-François Gornet).
Professeur émérite à l’Ecole normale supérieure, le philosophe Alain Badiou a bâti un système métaphysique cohérent dans le cadre de ses grands livres, L’être et l’événement et Logiques des mondes. En parallèle à ses œuvres systématiques, il s’est fait connaître du grand public à travers ses essais et pamphlets, dont le plus connu, De quoi...
Pour accéder à ce contenu, vous pouvez vous abonner ou payer 3 CHF pour accéder à l'ensemble du site pour une journée !
Si vous avez déjà un abonnement qui inclut l'accès en ligne, merci de vous connecter !
Share on Google+Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page