Un message difficile à faire passer

Neuchâtel• La population de La Chaux-de-Fonds doit se prononcer le 21 mai sur une hausse temporaire de la fiscalité. Les partis de gauche tentent d’expliquer les raisons de cette hausse, nécessaire aux finances communales.

Les citoyennes et citoyens de La Chaux-de-Fonds se prononceront le 21 mai sur une hausse temporaire de la fiscalité de la métropole horlogère. Suite à la décision prise par le législatif à la fin 2016, la droite a lancé le référendum et l’a fait aboutir sans surprise. Les socialistes, le POP et les Verts se sont unis pour inciter la population à accepter cette augmentation et lui faire connaître pourquoi la ville se trouve dans cette situation.

Moins de 10 francs par mois
Dans une prise de position, les trois formations soulignent que cette augmentation représente moins de 10 francs par mois pour les deux tiers des contribuables. Ce n’est pas agréable, mais pas aussi dramatique que la droite le prétend. Cela permettra en revanche d’apporter à la caisse de la commune environ 3 millions de francs et fait partie d’une stratégie de redressement des finances de la ville pour lui permettre de garder la tête hors de l’eau. Afin d’éviter de se retrouver dans une telle situation, il faudrait toutefois une meilleure répartition des richesses entre les communes et le canton dans l’esprit «un canton un espace».

Les trois partis illustrent également l’utilité des impôts grâce à un affichage sur les lieux de la ville qui sont financés par les impôts et qui pourront continuer à l’être grâce à l’augmentation temporaire. Il s’agit notamment des bibliothèques, des musées, des écoles, des parcs publics, des places de jeux, des routes et des infrastructures sportives.

Les groupes de gauche estiment que la baisse des recettes fiscales subie par la ville est dramatique. En moins de 3 ans, les recettes fiscales ont chuté de près de 15 millions. Selon eux, la moitié de cette diminution de recettes est due à la mauvaise conjoncture actuelle, mais l’autre moitié est structurelle et de l’ordre de 10 millions. Cette réalité s’explique par l’inéquitable et insidieuse répartition des richesses au sein de l’espace cantonal, qui est très loin d’être un seul et même espace!

Dans l’attente des effets d’une révision en profondeur de la répartition des ressources du canton, les partis de gauche de la ville horlogère misent sur l’assainissement des finances via les réformes déjà engagées par les autorités selon 3 axes: une augmentation d’impôt de 3 points pour 4 ans, des mesures salariales et la réforme de l’organisation et des prestations de l’administration communale.

Un effort financier temporaire
L’augmentation temporaire de la fiscalité communale fait ainsi partie d’une stratégie qui a commencé à porter ses fruits dans les comptes 2016. Le personnel communal contribue déjà fortement au redressement de la situation par des mesures salariales et des réformes organisationnelles. Il s’agit maintenant que la population participe, elle aussi à l’effort financier temporaire.

Dans leur prise de position, les trois partis soulignent que même avec l’augmentation d’impôt soumise au vote, la majorité des citoyens ne paiera pas plus d’impôts en 2017 qu’en 2012, compte tenu des baisses consenties ces dernières années sur l’ensemble du territoire cantonal. Ils appellent les citoyens, les employés et les autorités de La Chaux-de-Fonds à croire en la ville et accepter de participer au redressement de ses finances. Un message difficile à transmettre lorsque les intérêts privés sont largement en tête des préoccupations des gens.

Share on Google+Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page