Avons-nous besoin des partis politiques?

La chronique de Jean-Marie Meilland• A l’occasion de la récente élection présidentielle française, on a pu lire des commentaires souvent critiques à l’égard des partis politiques. En effet, dans les démocraties représentatives libérales, les partis jouent un rôle central, qui n’est pas toujours très démocratique. Ce sont eux qui choisissent les thèmes débattus, désignent les candidats, et élaborent des stratégies, parfois douteuses, pour conquérir le pouvoir. Ils se substituent aux citoyens plus qu’ils ne les représentent, ceux-ci étant souvent réduits à la fonction de petits soldats obéissants à leur service. Les pratiques récentes des primaires ouvertes et la volonté de certains de dépasser la structure partisane ont plutôt tendance à donner un nouvel habillage aux partis qu’à les dépasser. Ces divers éléments m’ont donné l’idée de procéder à une petite réflexion de citoyen sur ces institutions vénérables et contestées.

A l’occasion de la récente élection présidentielle française, on a pu lire des commentaires souvent critiques à l’égard des partis politiques. En effet, dans les démocraties représentatives libérales, les partis jouent un rôle central, qui n’est pas toujours très démocratique. Ce sont eux qui choisissent les thèmes débattus, désignent les candidats, et élaborent des stratégies,...
Pour accéder à ce contenu, vous pouvez vous abonner ou payer 3 CHF pour accéder à l'ensemble du site pour une journée !
Si vous avez déjà un abonnement qui inclut l'accès en ligne, merci de vous connecter !
Share on Google+Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page