Populisme, récupération politique et mensonges!

Il faut le dire• Les mouvements populistes d’extrême droite n’hésitent pas à se servir des divers attentats qui ont secoué la planète, notamment dernièrement à Londres, pour faire de la récupération politique et séduire leur électorat...

Les mouvements populistes d’extrême droite n’hésitent pas à se servir des divers attentats qui ont secoué la planète, notamment dernièrement à Londres, pour faire de la récupération politique et séduire leur électorat. C’est notamment le cas des jeunes UDC du Valais Romand, qui, sur les réseaux sociaux, louent les actions de Trump (leur nouveau maître à penser) et nous expliquent en deux lignes que pour éradiquer le terrorisme de nos pays occidentaux, il suffit de contrer l’islam et stopper l’immigration provenant de pays musulmans. Pour les analyses géopolitiques poussées on repassera. D’ailleurs, pourquoi s’ennuyer à faire des analyses quand l’Idole américaine a su prouver à la terre entière que l’on pouvait gouverner un pays comme un beauf dont l’intelligence est au ras des pâquerettes, pour rester poli?

Ce genre d’attitude devrait nous interpeller, puisque, hélas, certains se laissent séduire par ces phrases toutes faites et réductrices. Pourtant, dans bien des situations, on ne peut pas simplement rejeter toutes les fautes sur une catégorie de personnes. La réalité est souvent plus complexe.
Par exemple, l’UDC dit souvent vouloir venir en aide aux plus précaires. Dans les faits, notamment au parlement fédéral, on voit cependant que ceci est un pur mensonge. En pratique, le parti fait en effet tout l’inverse, en ne cessant de s’attaquer, notamment, à ceux «qui coûtent cher à l’Etat» en étant à l’aide sociale ou au chômage. Il le fait sous prétexte qu’il s’agirait de «vilains pauvres» qui soi-disant fraudent l’aide sociale et «s’en mettent plein les poches sur le dos de l’honnête travailleur suisse».

On ne peut pas résoudre ou diminuer la pauvreté en crachant sur les «vilains pauvres». Il faut comprendre pourquoi ceux-ci sont dans cette situation. Des salaires trop bas, des primes d’assurances trop élevées, des loyers chers, une accumulation de petites choses qui font que certains citoyens peinent à nouer les deux bouts… Et un manque de volonté politique très clair de mieux répartir les richesses pour une meilleure solidarité.
Il ne faut pas laisser ces gens nous imposer une politique basée sur des mensonges, des fake news, la haine des autres etc… Il serait temps qu’une ère humaniste et solidaire s’ouvre à nous!

Share on Google+Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page