Moutier ville jurassienne, bientôt, enfin!

Jura• A Moutier, le 18 juin, la joie de rejoindre le Jura a rassemblé toutes les tendances politiques, défiant un camp adverse qui a tenté pendant la campagne de jouer sur la peur.

Tout a été dit, ou presque, sur la nécessité historique, politique et culturelle de voir Moutier rentrer chez elle, c’est-à-dire de rejoindre le canton du Jura. La campagne menée par les militants autonomistes a été intelligente, argumentée, teintée d’humour, intense. Dans le camp adverse, on a en revanche joué sur la peur, avec le recours à l’insulte, notamment en associant, sur l’affiche de campagne, les Jurassiens à des rats. Une insulte qui s’est développée encore après l’annonce du résultat dans la bouche d’un élu local de l’UDC ,qui, interviewé par la chaîne de télévision régionale Canal Alpha, présentait les Jurassiens, cette fois non plus comme des rats, mais comme des terroristes, des djihadistes. Une exagération telle que le journaliste lui a fait remarquer que les Jurassiens n’avaient jamais coupé de têtes. «Moralement si», a insisté M. Droz …

Ces constatations faites sur la qualité de la campagne, force est de s’inquiéter que la haine et la peur prennent le pas sur l’intelligence et les arguments. En effet, en 2013, lorsque l’ensemble du territoire jurassien (Nord et Sud) s’est exprimé sur l’engagement d’une réflexion visant à créer un nouvel Etat sur l’ensemble du territoire, les Prévôtois avaient répondu OUI à 55,4%. Avec une participation de 77,8%, 2008 oui contre 1619 non étaient sortis des urnes. Le 18 juin dernier, avec une participation qui a augmenté à 89,7%, ce sont 2067 oui contre 1930 non qui ont été recensés. Alors que tous les observateurs imaginaient qu’une progression de la participation bénéficierait avant tout au camp autonomiste, c’est l’inverse, heureusement insuffisamment, qui s’est produit. L’excellente campagne des séparatistes prévôtois a permis de maintenir l’indispensable mobilisation des leurs. Que ce travail fantastique soit ici salué.

Quelques anecdotes d’un dimanche pas comme les autres
Une famille dans laquelle se trouvent deux élus de CS-POP au Parlement jurassien et un rigolo romand* a passé son dimanche à Moutier. A leur table, on a pu prendre conscience de l’unité nationale qui habite les Jurassiens. En effet, des membres de tous les partis politiques du Jura, jusqu’à l’UDC, sont venus s’y asseoir pour discuter, rire et enfin pleurer de joie. Qui aurait pu imaginer voir un jour François Lachat, ancien Ministre PDC, prendre dans ses bras Rémy Meury, député popiste, une fois les résultats connus, tous deux en pleurs et envahis par l’émotion? Seule la cause jurassienne est en mesure de créer cela.

A 16h45, lorsque le troisième décompte de voix a été annoncé, la peur de la défaite a commencé à envahir la Place Roland-Béguelin à Moutier. Le fils de Rémy Meury, Fabien, passionné d’histoire, a alors tenté de remonter le moral des personnes à proximité en montrant un rapace qui volait et tournoyait au-dessus de la foule. Il a rappelé que les Romains n’engageaient un combat en confiance que quand un aigle royal avait survolé les troupes. C’était systématiquement de bon augure pour remporter la victoire. Comme à Moutier, même si l’aigle royal ressemblait davantage à un milan.

Enfin, sur la Place Roland-Béguelin se trouvaient des vainqueurs à venir un peu différents des autres. En effet, beaucoup de ressortissants italiens ou espagnols étaient là pour fêter cette victoire. Ils venaient d’apprendre que dans un peu plus de trois ans, ils allaient être reconnus comme des citoyens à part entière avec l’obtention du droit de vote et du droit d’éligibilité (en vigueur dans le canton du Jura, mais pas à Berne). C’est certain, avec eux, la progression du oui aurait été bien plus forte. En tous les cas, bienheureux ceux qui ont eu la chance de vivre ce moment historique le 18 juin, rempli de joie et d’émotion.

*L’humoriste Thierry Meury

Share on Google+Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page