La mort d’un musicien, d’un maître, d’un témoin engagé

Musique• «Je veux être une sentinelle qui veille», affirmait le compositeur bernois Klaus Huber qui vient de s’éteindre à 92 ans. Toute son œuvre reflète son credo qui est de foi, de contestation et d’espoir.

Même si son nom, qui s’est imposé à l’étranger avant d’être reconnu dans son pays, n’a pas acquis la notoriété des têtes de file d’une certaine avant-garde, Klaus Huber n’en appartient pas moins aux figures les plus attachantes et les plus marquantes de la musique contemporaine, tant par ses œuvres que par son enseignement. Brian...
Pour accéder à ce contenu, vous pouvez vous abonner ou payer 3 CHF pour accéder à l'ensemble du site pour une journée !
Si vous avez déjà un abonnement qui inclut l'accès en ligne, merci de vous connecter !
Share on Google+Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page