Bernard Borel, ancien député POP vaudois, pédiatre FMH

Quel regard portent les communistes d'aujourd'hui sur la révolution d'Octobre?

portraits, pop solidarités, candidats, éléctions, lausanne

La dualité capitalisme-communisme a baigné mon adolescence et le marxisme-léninisme a marqué mon engagement politique. Même si j’étais horrifié par Staline et ne pouvais être stalinien, j’ai aussi été frappé par la constitution soviétique initiale, qui enlevait des privilèges aux riches et attribuait les entreprises aux travailleurs, du fait que je vivais dans une société très inégalitaire. La création de ces droits sociaux fondamentaux a marqué tout le siècle passé et a permis de réduire les inégalités durant tout le temps de l’URSS. La Russie d’aujourd’hui est plus inégalitaire que celle du temps de Gorbatchev. Une société implique pour moi de permettre à ceux qui ont le plus de difficultés de trouver leur place et de restreindre le droit des gens bien lotis d’écraser les autres.

La dérive autoritaire de Staline, le fait que comme dans le livre La ferme des animaux de George Orwell , certains animaux prennent le pouvoir malgré l’égalité proclamée de tous, ne sont ni explicable ni expliqués par le marxisme-léninisme. En tant que partisan du socialisme à visage humain, je regrette cette restriction de la liberté de parole, tout en saluant les bénéfices sociaux réels réalisés.

Aujourd’hui , les inégalités au niveau planétaire sont pires qu’au moment de la Première Guerre mondiale comme l’a démontré l’économiste Thomas Piketty. On va droit dans le mur, si on continue avec le capitalisme sauvage et la financiarisation totale du monde. En ce sens, relire les fondamentaux bolchéviques permet de trouver des éléments pour construire une société plus égalitaire.

Share on Google+Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page