Le populisme est-il l’avenir de la gauche?

Débat • Podemos ou la France Insoumise se réfèrent ouvertement au «populisme». Sur la base d’un diagnostic de l’évolution de la société, ils affirment que la nouvelle force collective qui accomplira une «révolution citoyenne» n’est plus la classe ouvrière, mais le «peuple».

En 2012, Jean-Luc Mélenchon était candidat à la présidentielle avec son «parti de gauche», dans le cadre du Front de Gauche. Aujourd’hui, il rejette la forme parti. (photo: Blandine Le Cain)
Par Jean-Marie Meilland En ces temps de néolibéralisme triomphant et d’urgence écologique, on entend certains dire que l’avenir de la gauche réside dans le populisme. En France, Jean-Luc Mélenchon illustre cette nouvelle tendance. Il serait faux de voir dans sa conduite parfois surprenante une simple expression de son ambition personnelle. Il se comporte en pleine...
Pour accéder à ce contenu, vous pouvez vous abonner ou payer 3 CHF pour accéder à l'ensemble du site pour une journée !
Si vous avez déjà un abonnement qui inclut l'accès en ligne, merci de vous connecter !