En 1967, le POP jurassien était fondé

Jura• Le Parti ouvrier et populaire jurassien fête ses cinquante ans. L’occasion d’un petit rappel historique sur ses origines et ses débuts.

Avant la fondation du POP jurassien, il avait existé à Delémont une section du Parti Suisse du Travail entre 1945 et 1950 environ. Elle s’est dissoute à cause de diverses difficultés, dont l’interdiction faite aux employés de la Confédération d’être membres du PST, qui avait entraîné la démission de quelques cheminots. Ce fut à l’époque le seul parti à prendre position en faveur de la création du canton du Jura, avec le soutien du Parti du Travail bernois!

Une manifestation à Delémont
En 1967, le pacifiste biennois Arthur Villard et le Delémontain Pierre Gassmann sont exclus du groupe parlementaire socialiste au Grand Conseil bernois, pour une divergence avec la majorité de celui-ci, ce qui provoque les fortes protestations de nombreux socialistes jurassiens et une manifestation à la Halle du Château à Delémont. Un «appel à la gauche jurassienne» est distribué aux personnes qui s’y rendent. Il émane de Bernard Burkhard, qui vient de quitter le PS, Pierre Guéniat, qui a été secrétaire de l’ancienne section du Parti du Travail, Gilbert Carnal, de Moutier, et Francis Meyrat, de Saint-Imier.

«(…) L’absence dans notre canton d’une opposition combative, regroupée autour d’un Parti ouvrier et populaire représentatif, rend plus difficile la lutte pour les nécessaires progrès dans tous les domaines. C’est pour opérer un redressement attendu qu’un appel est lancé à toute la gauche jurassienne. Une rencontre aura lieu samedi 25 novembre, dès 14 h 30, à l’Hôtel du Bœuf, à Delémont. (…)», déclare l’appel. Dans un communiqué, la Jeunesse socialiste jurassienne invite aussi ses membres à participer à cette assemblée.

Près de 60 personnes assistent à cette rencontre, puis une petite vingtaine d’entre elles se retrouvent pour fonder le parti. Le comité provisoire est formé de Bernard Burkhard, président, Pierre Guéniat, secrétaire politique, et Gilbert Carnal, secrétaire.

Progrès dans les années 1970

Lors des élections communales delémontaines de 1968, le POP présente une liste, ce qui ne plaît pas au PS delémontain. Dans un communiqué, il recommande de ne pas voter POP afin que «les chars de Moscou s’arrêtent à Prague et ne viennent pas jusqu’à Delémont»! Le résultat du POP est modeste, mais le parti progresse dans les années 70 et entre en 1978 dans le premier Parlement jurassien avec deux députés (élus sur une liste POP-Combat socialiste) et en 1980 au Conseil communal (exécutif) de Delémont.

Pendant longtemps, le POP jurassien, malgré quelques adhésions individuelles extérieures, est resté concentré sur le district de Delémont et surtout sur la ville. Une section POP Moutier-Courtelary, indépendante du POP cantonal jurassien, n’a duré que deux ans (1994-1995). Mais depuis quelques années, quelques Franc-Montagnards ont rejoint le parti et fondé en 2015 une section locale. Et ce sont actuellement deux Franc-Montagnards qui sont président et secrétaire du POP jurassien. Espérons que ce soit de bon augure pour toucher d’autres régions.

***

Le POP jurassien invite chacune et chacun à fêter son 50e anniversaire samedi 2 décembre au local de CS-POP (rue des Granges, Delémont) dès 18 heures. Le POP tiendra également un stand au marché, de 9 à 12 heures.

Share on Google+Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page