La colère monte contre la hausse des primes

Santé • Le collectif de lutte contre l’augmentation des primes d’assurance maladie prépare une nouvelle manifestation à Genève et Bienne le 26 mai. Les citoyens sont invités à se mobiliser partout en Suisse.

En novembre dernier, une manifestation avait déjà réuni 700 personnes à Genève.

La hausse perpétuelle des primes d’assurance maladie provoque une prise de conscience de personnes issues directement de la population. Patricia Leoz et Joëlle Combremont, deux Genevoises, ont ainsi créé un collectif intitulé «Lutte Contre l’Augmentation des Primes d’Assurance Maladie» (LCAPAM). En novembre dernier, 700 personnes avaient défilé à Genève à l’initiative du collectif pour protester contre l’augmentation des primes maladie (notre édition du 24 novembre 2017). Une nouvelle mobilisation est prévue le 26 mai prochain à Genève et simultanément à Bienne. Un appel à manifester a également été lancé à Lausanne. Les organisatrices invitent tous les citoyens suisses à faire connaître leur volonté de changement en se regroupant dans les villes et villages du pays.

Une colère profonde
«Nous n’appartenons à aucun parti politique. Nous sommes des citoyen-ne-s qui paient près de 20% de nos revenus pour les primes d’assurance maladie. Nous éprouvons une colère profonde en voyant l’augmentation des primes d’assurance maladie. Nous voulons obtenir des primes d’assurance maladie justes et adaptées à nos revenus. Nous voulons améliorer le système de santé en Suisse. Pour proposer des solutions, nous travaillons ensemble avec des politiques, associations, syndicats et assurés. Notre objectif, des primes unifiées et la garantie de soins médicaux de qualité à un coût supportable pour tous», peut-on lire sur la page facebook du collectif.

Et de lister les raisons de leur ressentiment: «Comme vous le savez, les Genevois ont payé des primes abusives pendant des années et l’on ne nous a remboursé qu’à moitié les montants injustement réclamés. Les primes ont continué à augmenter malgré ces prix abusifs. Les réserves semblent faramineuses (on lit pour près de deux milliards dans la presse). Pourquoi ne viennent-elles pas nous soulager du montant à payer? Entre 1999 et 2016, l’indice des primes d’assurance maladie a augmenté de 204% pour l’assurance de base, alors celui des primes complémentaires n’a augmenté que de 124%. Comment ne pas penser que les primes obligatoires ne servent pas à payer les complémentaires? Nous n’avons aucune transparence sur les comptes des assurances maladie…»

Deux initiatives en cours
Pour rappel, deux initiatives populaires fédérales concernant la question sont en cours de récolte de signatures. La première, intitulée «pour une liberté d’organisation des cantons» (voir notre édition du 6 octobre 2017), demande que les cantons qui le souhaitent puissent créer une institution d’assurance maladie sur le modèle des caisses de compensation du chômage ou de l’avs. Celle-ci se chargerait de fixer les primes, qui seraient les mêmes pour tous, et de les percevoir. La partie administrative de ces tâches continuerait à être confiée aux caisses actuelles. Ce service public permettrait de mieux connaître les détails des prestations et leurs coûts et pourrait donc intervenir à ce niveau.

L’autre initiative, intitulée «pour un parlement indépendant des caisses-maladie» vise à empêcher les élus fédéraux d’exercer une fonction au sein d’une assurance maladie. Actuellement, plus de la moitié des membres de la commission de la santé sont également membre d’un comité d’une caisse maladie!

Il faudra une grande pression populaire pour parvenir à changer les choses, mais ces initiatives et mobilisations sont un signal positif. Soyons nombreux à nous mobiliser le 26 mai prochain!

***
Manifestations samedi 26 mai à 14h.
A Genève, départ poste du Mt Blanc,
A Bienne, départ place centrale,
A Lausanne, Place Saint-Laurent