Le monde déchiré du silence

THÉÂTRE • Se cognant aux arêtes d’un monde indifférent, une ado sourde traîne son spleen. «Maelström» de Fabrice Melquiot ouvre sur un enchevêtrement de niveaux narratifs. Intriguant autant qu’incertain.

Une ado atteinte de surdité seule face au monde. Photo: Xavier Cantat
Elle, c’est Vera, 14 ans, sourde de naissance, assise derrière la vitre d’un improbable abribus qui se déclinera bientôt en chambre à coucher et bureau. En mode monologue intérieur, elle égrène ses punchlines existentielles, poétiques et historiques. On y relève l’évocation de l’eugénisme nazi touchant  les êtres atteints de surdité. Relevant du dialogue intime avec...
Pour accéder à ce contenu, vous pouvez vous abonner ou payer 3 CHF pour accéder à l'ensemble du site pour une journée !
Si vous avez déjà un abonnement qui inclut l'accès en ligne, merci de vous connecter !