L’impasse politique du «Ni ni»

Il faut le dire • Lorsqu’on défend la position internationaliste qu’a prise le PST-POP sur le Venezuela, bon nombre de nos interlocuteurs répondent «C’est intéressant, mais...», avec une liste de fausses informations diffusées par les médias occidentaux. (Par Luca Schallbletter)

Lorsqu’on défend la position internationaliste qu’a prise le PST-POP sur le Venezuela, bon nombre de nos interlocuteurs répondent «C’est intéressant, mais…», avec une liste de fausses informations diffusées par les médias occidentaux. Et finissent toujours par «Ni Maduro, ni Guaido». Cette formule, éternellement répétée (Syrie, Libye…) et largement diffusée par divers courants de la nouvelle...
Pour accéder à ce contenu, vous pouvez vous abonner ou payer 3 CHF pour accéder à l'ensemble du site pour une journée !
Si vous avez déjà un abonnement qui inclut l'accès en ligne, merci de vous connecter !