L’Ukraine en régime postapocalyptique

Cinéma • Dystopie, «Atlantis» interroge un paysage lunaire et un ex-fantassin transporteur d’eau. Pour dire, en plans fixes, la catastrophe environnementale, sociale et humaine dans le Donbass. Glaçant mais non dénué d’espérance.

La fable se déroule dans un avenir proche, en 2025 après une guerre dont les belligérants ne sont jamais cités. (DR)
La scène d’ouverture impressionne durablement la rétine et l’esprit. Vu par drone en images thermiques colorées, un trio de soldats traîne le corps d’un ennemi, l’achève avant de l’ensevelir. On songe alors à ces mots de l’intellectuel américano- palestinien, Edward Saïd: «Il y a un réel contraste entre la violence de l’acte de représenter et...
Pour accéder à ce contenu, vous pouvez vous abonner ou payer 3 CHF pour accéder à l'ensemble du site pour une journée !
Si vous avez déjà un abonnement qui inclut l'accès en ligne, merci de vous connecter !