Et si nous avions opté pour l’état stationnaire…

La chronique de Jean-Marie Meilland • Le XXe siècle en tout cas n’a pas su harmoniser le progrès social avec un fonctionnement de l’économie respectueux et des vrais besoins humains et de l’environnement.

Il y a longtemps j’avais évoqué dans une chronique l’état stationnaire dont parlait John Stuart Mill qui espérait au milieu du XIXe siècle qu’il soit mis un frein à la croissance économique dès qu’un niveau de bien-être satisfaisant aurait été atteint par la société. Le grand philosophe anglais était assurément bien optimiste en comptant sur...
Pour accéder à ce contenu, vous pouvez vous abonner ou payer 3 CHF pour accéder à l'ensemble du site pour une journée !
Si vous avez déjà un abonnement qui inclut l'accès en ligne, merci de vous connecter !