Enfance abusée, la responsabilité de l’Eglise

Théâtre • L’onde de choc du Rapport Sauvé sur les abus sexuels et viols dans l’Eglise catholique française hante par anticipation «Grâce à Dieu», pièce salutaire du cinéaste François Ozon tirée de son film. Virale, la souffrance des victimes contamine familles et proches. (Par Christophe Pequiot)

L’ombre des crimes commis sur des enfants plane sur la haute hiérarchie catholique dans «Grâce à Dieu». (Mercedes Riedy) Cie Marin
En 2018, à travers un fait de société, les agressions et crimes sexuels commis par le Père Preynat sur 70 enfants et couverts par sa hiérarchie, François Ozon sortait Grâce à Dieu. Ours d’argent au Festival de Berlin, ce grand film politique ouvre à des questionnements de société irrésolus – le déni, l’injustice, l’impunité, l’effet...
Pour accéder à ce contenu, vous pouvez vous abonner ou payer 3 CHF pour accéder à l'ensemble du site pour une journée !
Si vous avez déjà un abonnement qui inclut l'accès en ligne, merci de vous connecter !