L’autogestion du Marx Café

Genève • L’occupation de la cafétéria de l’université fêtait, mardi, sa première semaine. Reportage sur place.

Les 900 assiettes vides figurent les près de mille personnes qui, chaque semaine, n’ont pas accès à la distribution de nourriture de l’épicerie solidaire La Farce. (JSo)
Il est presque midi. A l’entrée du bâtiment de d’Uni-mail (Unige), les militant.es qui, depuis une semaine, occupent jour et nuit la cafétéria, baptisée «Marx Café», pour revendiquer des repas à trois francs s’affairent à installer des friteuses. Ce qui visiblement n’est pas du goût de tout le monde. «Ça pue! On est à l’uni...
Pour accéder à ce contenu, vous pouvez vous abonner ou payer 3 CHF pour accéder à l'ensemble du site pour une journée !
Si vous avez déjà un abonnement qui inclut l'accès en ligne, merci de vous connecter !