Voix magnétiques à la fin d’un monde

Cinéma • D’une radio pirate bretonne aux nuits punk berlinoises, «Les Magnétiques» est un récit d’apprentissage sur fond de génération désillusionnée et à l’orée des années 80. Avant le tournant rigoriste du socialisme et les années sida.

Joseph Olivennes dans le rôle de Jérôme, un animateur radio sombre et désabusé annonçant un enregistrement pirate du dernier concert de Ian Curtis, chanteur de Joy Division. (Celine Nieszawer)
Une jeunesse qui embrasse ses nuits à 120 battements par minute subodorant toutefois vivre une ère libertaire éphémère que mettra sous le boisseau la normalisation de la gauche française dès 1983. Ceci avec le tournant de la rigueur et les privatisations dictées par l’ultralibéralisme. Le premier long-métrage de Vincent Maël Cardona, « Les Magnétiques », mixe les...
Pour accéder à ce contenu, vous pouvez vous abonner ou payer 3 CHF pour accéder à l'ensemble du site pour une journée !
Si vous avez déjà un abonnement qui inclut l'accès en ligne, merci de vous connecter !