Blessures d’enfance

SPECTACLE • Des orphelins dans la guerre s’inventent un univers parallèle fait de fureur et d’âpre fraternité pour survivre. La langue poétique de «Kids» de Fabrice Melquiot contraste avec une réalité sans guère d’issue.

"Kids" de Fabrice Melquiot. La soif de vivre malgré tout. Photo: François Van Han
Le frêle équipage de «Kids», pièce signée Fabrice Melquiot est composé de huit orphelins. Sous les balles traçantes qui font office de feux d’artifices, cinq garçons et trois filles s’échignent à envisager leur quotidien sous un autre jour que le décombres, privations, quête incessante de vivres et absence de repères. On s’attrape, s’accroche, s’aime ou...
Pour accéder à ce contenu, vous pouvez vous abonner ou payer 3 CHF pour accéder à l'ensemble du site pour une journée !
Si vous avez déjà un abonnement qui inclut l'accès en ligne, merci de vous connecter !