Des listes électorales loin de la parité!

La chronique féministe • Voilà, les listes pour les élections genevoises du 15 avril ont été déposées. 623 noms pour les 100 sièges du Grand Conseil, dont 230 femmes, et 31 pour le Conseil d’Etat, dont 9 femmes. Cela représente respectivement 37% de femmes pour le premier et 29% pour le second...

Les zones grises

La chronique féministe • Depuis que les femmes s’expriment, à la suite de différents scandales de harcèlement sexuel, on voit fleurir un peu partout des prises de position, des tribunes, des débats, des articles sur le sujet. Enfin, il semble que la violence envers les femmes soit prise au sérieux, après des décennies de non-écoute. Lundi 29 janvier, le journal "Le Monde" publiait une enquête intitulée «Tu veux ou tu veux pas», en référence à la chanson de Marcel Zanini, chantée par Brigitte Bardot dans les années 70. «Elles sont nombreuses à avoir couché par résignation, gêne ou peur. Un ‘’consentement’’ ambigu, nommé zone grise, dont la perception a évolué ces dernières années.» Suivent plusieurs récits de femmes...

Les comiques et la misogynie

La chronique féministe • Les blagues sur les blondes, idiotes par définition, ou sur les belles-mères me fatiguent. Cela fait très longtemps qu’une forme de comique me met mal à l’aise. Une forme portée par certains hommes dont l’humour est le métier ou qui se veulent drôles dans le quotidien...

La «liberté» d’importuner?!

La chronique féministe • Je me suis pincée jusqu’au sang, tant mon cerveau refusait d’entendre ce que mes oreilles lui transmettaient. Voilà qu’un «collectif» réagit contre #balancetonporc en défendant... «la liberté d’importuner». Et il ne s’agit pas d’un groupe d’hommes, comme les «343 salauds» en 2013 qui, pour «emmerder les féministes», réclamaient le droit «à leur pute», copiant le manifeste pro-avortement des «343 salopes» publié en 1971 par Le Nouvel Observateur. Non, ce ne sont pas des hommes, qui font plutôt profil bas en ce moment, mais un collectif de FEMMES!

Yannick Buttet ou l’art de l’esquive

La chronique féministe • Il fallait être d’une naïveté incommensurable pour imaginer un seul instant, après l’affaire Weinstein, celles récemment révélées parmi des politiciens britanniques, français, et ailleurs, que chez «y’en a pas comme nous», en Suisse, sous la Coupole, il n’y avait pas de cas de harcèlement sexuel. Il y a fort à parier que Yannick Buttet est l’arbre qui cache la forêt