Le salon du livre 2017: place aux femmes!

La chronique féministe• Nous voici à la veille du 31e Salon du livre et de la presse de Genève et de la 6e version d’Isabelle Falconnier, qui en est la présidente depuis 2012. Dès son premier salon, on a pu mesurer les différences par rapport à son prédécesseur Pierre-Marcel Favre...

L’intelligence artificielle est sexiste, raciste et homophobe

La chronique féministe• On savait déjà que les sources du savoir (dictionnaires, encyclopédies, manuels) sont sexistes, parce qu’elles sont le reflet de la société, et la plupart rédigées ou dirigées par des hommes. On le savait aussi de Wikipedia, dont plus de 87% des contributeurs sont des hommes. La question étant de comprendre, dans ce cas, pourquoi les femmes n’y participent pas davantage, puisque l’accès est ouvert à chacun-e, contrairement aux rédactions. Sans surprise, on apprend que l’intelligence artificielle n’est pas neutre non plus...

Imparfaites mais vraies

La chronique féministe• Parmi la masse des nouvelles anxiogènes, une lueur d’optimisme: la libération du corps parfait. Enfin! Cela fait des décennies que la publicité, la mode, les journaux dits féminins donnent des femmes des images idéalisées. Elles sont déprimantes, ces représentations de corps sans défauts, de visages sans rides, grâce à des photos retouchées. Quand on repose le papier glacé pour se regarder dans la glace, on retombe lourdement dans la réalité de la cellulite, des bourrelets et des rides...

Manterrupting

La chronique féministe• Manterrupting Connaissez-vous ce mot? Je viens de le découvrir dans un article du Monde du 2 mars 2017, signé par Anne Chemin. Le mot apparaît au début de l’année 2015, sous la plume de Jessica Bennett, chroniqueuse pour le New York Times. Dans un article intitulé «How not to be manterrupted in meetings» («comment ne pas être interrompue par un homme en réunion»), elle raconte, études à l’appui, les étonnantes vicissitudes qui accompagnent la prise de parole des femmes.

Ballade parisienne

La chronique féministe• J’aime Paris, j’y ai des ami-e-s et m’y rends régulièrement depuis des décennies. Claire possède une maison à Ivry-sur-Seine, au sud-est, juste en dehors de la couronne, je peux loger chez elle, nous avons des discussions passionnantes. En ce début 2017, nous n’échappons pas aux soubresauts de la campagne présidentielle, ni à l’affaire Fillon. Rien que des hommes, à part Marine Le Pen, dont le programme fait froid dans le dos. Certain-e-s expert-e-s expliquent que son élection à la présidence de la France est impossible. On disait déjà cela de Trump…

Ulysse et le penelopegate

La chronique féministe• Depuis les premières révélations du Canard enchaîné du 25 janvier sur les sommes reçues dès 1998 par Penelope, l’épouse de François Fillon, candidat du parti républicain à la présidentielle, la France est en stand-by: on ne parle plus que de ça.

La place des femmes, mon expérience personnelle

La chronique féministe• En rédigeant ma chronique de la semaine dernière, j’ai pensé à mon expérience personnelle. Quand je suis née, à la fin de la guerre, la société était encore très machiste. Les Suissesses n’avaient pas le droit de vote (les Allemandes l’avaient depuis 1919, les Françaises durent attendre la décision de de Gaulle en 1944). Les images filmées de l’époque ne montrent que des hommes. Le monde était organisé par eux, pour le meilleur et pour le pire. Les femmes n’y avaient littéralement pas de place...

Et la place des femmes?

La chronique féministe• En pensant à l’année qui vient de s’écouler, je me disais que le dénominateur commun de mes chroniques est la place des femmes. Ce qu’on a fait à Hillary Clinton en est l’exemple le plus probant et le plus douloureux. On sait maintenant qu’elle a obtenu 3 millions de voix de plus que Trump (sur 130 millions de votants) et que la Russie a tout fait pour qu’elle échoue, hackant ses fameux mails et en inondant la toile chaque fois qu’elle montait dans les sondages. La Russie intervenant dans la campagne présidentielle américaine, c’est du jamais vu!