Les paysans de l’île de Lewis, une inspiration pour aujourd’hui?

La chronique de Jean-Marie Meilland• En 1920, certains paysans de l'île de Lewis n’acceptaient pas les servitudes du productivisme, lui préférant une existence plus sobre, choisie, et selon eux plus heureuse. Alors que nous avons peu à peu vu les impasses d’une modernisation destructrice, leur combat obstiné et leur victoire revêtent aujourd’hui un sens exemplaire.

La bureaucratie néolibérale corsète le monde

La chronique de Jean-Marie Meilland• David Graeber, anthropologue anarchiste américain et l’un des animateurs du mouvement Occupy Wall Street, a publié en 2015 un ouvrage intitulé en français «Bureaucratie». Ce livre permet de réfléchir de manière inhabituelle à diverses questions concernant le système dans lequel nous vivons.

Avons-nous besoin des partis politiques?

La chronique de Jean-Marie Meilland• A l’occasion de la récente élection présidentielle française, on a pu lire des commentaires souvent critiques à l’égard des partis politiques. En effet, dans les démocraties représentatives libérales, les partis jouent un rôle central, qui n’est pas toujours très démocratique. Ce sont eux qui choisissent les thèmes débattus, désignent les candidats, et élaborent des stratégies, parfois douteuses, pour conquérir le pouvoir. Ils se substituent aux citoyens plus qu’ils ne les représentent, ceux-ci étant souvent réduits à la fonction de petits soldats obéissants à leur service. Les pratiques récentes des primaires ouvertes et la volonté de certains de dépasser la structure partisane ont plutôt tendance à donner un nouvel habillage aux partis qu’à les dépasser. Ces divers éléments m’ont donné l’idée de procéder à une petite réflexion de citoyen sur ces institutions vénérables et contestées.

La robotisation ne saurait être inéluctable

La chronique de Jean-Marie Meilland• On entend parler ces derniers temps du revenu de base et d’une taxe sur les robots pour affronter les pertes d’emplois issues de la robotisation. Ces deux mesures permettraient d’assurer un revenu à tous ceux qui n’accéderaient plus au travail. On juge que l’évolution vers la robotisation est inéluctable, et qu’elle va nécessairement entraîner la disparition d’un grand nombre d’emplois.