Salope!

La chronique féministe• «Mais tu ne vas pas sortir habillée comme ça, on dirait une salope!». «Salope», un si petit mot mais avec tellement de poids. Après avoir recherché dans le dictionnaire la définition exacte de ce mot, le verdict tombe: «Une salope est une femme de mauvaise vie». Dès ce moment, une question se pose à moi. Y a-t-il une police spéciale qui gère et fiche toutes celles qui disposeraient de leur vie et de leur corps comme elles l’entendent? (par Laura Romand, pour Feminista)

La misogynie «en marche» contre Brigitte Macron

La chronique féministe• 24 ans, c’est exactement la différence d’âge qui sépare Donald Trump de sa dernière épouse Melania. Mais personne, me semble-t-il, n’en a fait un sujet de moqueries. François Hollande a 18 ans de plus que Julie Gayet, mais cela ne semble pas déranger. Dans l’esprit commun, un homme, fût-il vieux et moche, qui fréquente ou épouse une femme plus jeune que lui, cela paraît «normal», pour ne pas dire «naturel», mais si la femme est plus âgée, alors là, les standards sont bousculés, le sexisme et la misogynie s’engouffrent dans l’inhabituel.

L’intelligence artificielle est sexiste, raciste et homophobe

La chronique féministe• On savait déjà que les sources du savoir (dictionnaires, encyclopédies, manuels) sont sexistes, parce qu’elles sont le reflet de la société, et la plupart rédigées ou dirigées par des hommes. On le savait aussi de Wikipedia, dont plus de 87% des contributeurs sont des hommes. La question étant de comprendre, dans ce cas, pourquoi les femmes n’y participent pas davantage, puisque l’accès est ouvert à chacun-e, contrairement aux rédactions. Sans surprise, on apprend que l’intelligence artificielle n’est pas neutre non plus...