La «liberté» d’importuner?!

La chronique féministe• Je me suis pincée jusqu’au sang, tant mon cerveau refusait d’entendre ce que mes oreilles lui transmettaient. Voilà qu’un «collectif» réagit contre #balancetonporc en défendant... «la liberté d’importuner». Et il ne s’agit pas d’un groupe d’hommes, comme les «343 salauds» en 2013 qui, pour «emmerder les féministes», réclamaient le droit «à leur pute», copiant le manifeste pro-avortement des «343 salopes» publié en 1971 par Le Nouvel Observateur. Non, ce ne sont pas des hommes, qui font plutôt profil bas en ce moment, mais un collectif de FEMMES!

Chroniques sociales d’institutions américaines

Cinéma• Dans un service de santé, au cœur d’un centre d’action sociale et jusque dans les couloirs de la troisième plus grande bibliothèque au monde, sujet de son dernier film «Ex Libris», à voir sur les écrans dès la fin novembre, le cinéaste Frédérick Wiseman explore et interroge la mise en scène et en forme du quotidien à travers des communautés humaines.

La fin de l’exception vaudoise?

Il faut le dire• Récemment, j’ai rencontré un jeune kosovar qui habite dans ma région. Il remplit toutes les conditions pour que, s’il vivait dans le canton de Genève, il puisse bénéficier de l’initiative dite «Papyrus» de régularisation...

Ulysse et le penelopegate

La chronique féministe• Depuis les premières révélations du Canard enchaîné du 25 janvier sur les sommes reçues dès 1998 par Penelope, l’épouse de François Fillon, candidat du parti républicain à la présidentielle, la France est en stand-by: on ne parle plus que de ça.

«Le mépris ne peut pas constituer une attitude constructive pour un canton»

Nago Humbert est un homme apprécié dans le canton de Neuchâtel. Le citoyen de Cortaillod, président fondateur de Médecins du Monde, chef de service de l’unité de soins palliatifs pédiatriques au Centre hospitalier Ste-Justine de Montréal et professeur à la faculté de médecine de l’université de Montréal, déjà candidat il y a quatre ans, avait...