« La fin de l’occupation n’est pas la fin du mouvement », assurent les Indignés

Après quatre mois d’occupation, les Indignés genevois ont décidé de démonter leur camp du parc des Bastions. Débattue depuis quelque temps, cette décision, assurent les Indignés, est indépendante du décès d’un jeune homme fin janvier sur le camp et récupérée politiquement par la droite et l’extrême droite. « Les autres mouvements d’occupation à travers le...

Après quatre mois d’occupation, les Indignés genevois ont décidé de démonter leur camp du parc des Bastions. Débattue depuis quelque temps, cette décision, assurent les Indignés, est indépendante du décès d’un jeune homme fin janvier sur le camp et récupérée politiquement par la droite et l’extrême droite. « Les autres mouvements d’occupation à travers le...
Pour accéder à ce contenu, vous pouvez vous abonner ou payer 3 CHF pour accéder à l'ensemble du site pour une journée !
Si vous avez déjà un abonnement qui inclut l'accès en ligne, merci de vous connecter !