«Une réforme structurelle du système bancaire est nécessaire»

Votation du 10 juin • Professeur ordinaire d’économie à l’Université de Fribourg, Sergio Rossi fait partie des rares économistes à soutenir l’initiative Monnaie pleine. Il estime qu’elle pourrait contribuer à éviter une nouvelle crise comme celle qui a éclaté en 2008.

Sergio Rossi dirige la Chaire de macroéconomie et d’économie monétaire de l’Université de Fribourg. Economiste hétérodoxe, il se définit comme proche du post-keynésianisme. (photo: Omar Cartulano)
Aujourd’hui, les banques peuvent octroyer des crédits tous azimuts, sans disposer d’épargne préalable, créant ainsi ce que l’on appelle de la monnaie scripturale ou électronique (par opposition à la monnaie sous forme de pièces ou de billets). Une possibilité qu’elles utilisent bien trop souvent, selon les partisans de Monnaie pleine, à des fins de spéculation...
Pour accéder à ce contenu, vous pouvez vous abonner ou payer 3 CHF pour accéder à l'ensemble du site pour une journée !
Si vous avez déjà un abonnement qui inclut l'accès en ligne, merci de vous connecter !