Vitalité culturelle sous l’Occupation

Histoire • Un colloque universitaire a montré l’ambiguïté de cette période, entre besoin d’évasion, collaboration et résistance.

Destruction de la statue de Garibaldi. (Bibliothèque municipale de Dijon, photo P. Gillet)
La vitalité de la culture (théâtre, cinéma, musique…) dans une situation d’oppression peut surprendre. Elle est en effet paradoxale. Par exemple, la fréquentation des salles de cinéma en France passe de 220 millions de spectateurs en 1938 à 305 millions en 1943 et 402 millions en 1945. Et cela alors que «toute la France, toute...
Pour accéder à ce contenu, vous pouvez vous abonner ou payer 3 CHF pour accéder à l'ensemble du site pour une journée !
Si vous avez déjà un abonnement qui inclut l'accès en ligne, merci de vous connecter !