Une grâce pour réouvrir les débats

Espagne • Le gouvernement de gauche décide de gracier et libérer sous conditions 9 dirigeants indépendantistes catalans emprisonnés depuis près de quatre ans pour avoir organisé d’un référendum sur l’indépendance le 1er octobre 2017.

Manifestation à Madrid pour la liberté des prisonniers politiques catalans en 2018. (Adolfo Lujan)
Annoncée à Barcelone lors de sa visite an Catalogne, puis ratifiée en conseil des ministres ce mardi, la décision de grâce partielle pour 9 leaders indépendantistes catalans, accusés de sédition et pour certains de détournement de fonds, entrés en prison en 2019, va faire l’objet d’un décret royal, qui devra être signé par le Roi....
Pour accéder à ce contenu, vous pouvez vous abonner ou payer 3 CHF pour accéder à l'ensemble du site pour une journée !
Si vous avez déjà un abonnement qui inclut l'accès en ligne, merci de vous connecter !