Requiem pour Jim Morrison

THEATRE • «Morrison’s Blues» confronte l’icône rock déchue a un vieux bluesman, une nuit de 1969, deux ans avant sa disparition à 27 ans. L’idéal poétique du timide leader des Doors tourneboulé par le succès, s’est alors naufragé dans l’autodestruction et le nihilisme. Non sans orgueil.

Une icône au crépuscule et à la voix incertaine. "Morrison's Blues" de Dominique Ziegler. Photo: Olivier Pasqual.
Au théâtre musical, il s’agit possiblement du premier portrait, plus crépusculaire que dionysiaque, de Jim Morrison. Ce paradoxe vivant flirtant avec la mort tout en étant un amoureux de la vie. La pièce met en lumière les racines blues du poète sensuel qui aimait tant à se passer en boucle des titres griffés John Lee...
Pour accéder à ce contenu, vous pouvez vous abonner ou payer 3 CHF pour accéder à l'ensemble du site pour une journée !
Si vous avez déjà un abonnement qui inclut l'accès en ligne, merci de vous connecter !