«La lutte continue», promet Evo Morales

Bolivie • Le président a été victime d’un coup d’Etat, sous la pression des militaires. Sa récente démission et son départ provisoire au Mexique ne mettent pas fin à la crise politique. Alors que la droite et l’extrême-droite se disputent le pouvoir, la gauche est la cible de représailles. (Par Cathy Dos Santos, Paru dans L'Humanité)